Télétravail : un nouvel accord pour de nouvelles avancées

08/11/2021

Le nouvel accord relatif au télétravail au sein de Covéa (MAAF, MMA, GMF, Fidélia) entrera en vigueur pour une durée de trois ans à compter du 1er janvier prochain. Plus de 75 % des collaborateurs du Groupe en France sont concernés. Quelles sont les principales évolutions ?

C’est en 2017 que Covéa a mis en place des pilotes pour tester les impacts du télétravail sur son organisation. Des expérimentations probantes et fondatrices qui ont conduit à la signature d’un premier accord triennal en 2018.

Les enseignements tirés de la pratique du télétravail au sein de Groupe depuis lors, notamment à partir du début de la crise sanitaire, ont permis de conclure un nouvel accord collectif en juillet dernier pour la période 2022-2024.

Il a été construit pour poursuivre la dynamique initiée en élargissant les populations éligibles et en facilitant les conditions d’accès et modalités d’application, avec la volonté de nourrir trois enjeux clés :

  • Renforcer l'équilibre entre les temps de vie des collaborateurs,
  • Favoriser le bien-être au travail en garantissant la performance de l'entreprise,
  • Limiter les déplacements professionnels pour améliorer notre empreinte carbone.

En proposant, entre autres, l’accès au télétravail pour les collaborateurs à temps partiel et les alternants, ou encore la possibilité de télétravailler depuis un deuxième lieu à usage d’habitation, ce nouvel accord présente de nouvelles avancées.

Désormais, 16 000 de nos 21 000 collaborateurs en France sont éligibles au télétravail, sur la base du volontariat et dans le cadre d’une relation fondée sur la responsabilisation et la confiance, avec un rythme de deux jours maximum par semaine.

Chez Covéa, nous sommes animés par une conviction forte : développer des relations et modalités de travail plus souples et performantes, tout en assurant le maintien du lien social entre les collaborateurs, le groupe et nos sociétaires.